• Google Clean
  • Twitter Clean
  • Facebook Clean

-Presse-

Dates de diffusions : 

 

-Théâtre de Liége

Liége (BE)

29-11 au 12-12-2015

 

-La Manufacture, Festival Ring

Nancy (FR)

25 et 26-04-2016

 

-De Heidelberger Stückemarkt 

Heidelberg (D)

07-05-2016

"4 Infirmiéres..." 

Dossier Présentation (FR)

Télécharger ici :

"4 Swedish Nurses on a trip"

Presentation (ENG)

Download here :

"4 svenska  sjuksköterskor pa drift"

Presentation(SWE)

Ladda ned här : 

"Auscultation urbaine par quatre infirmières suédoises"

La ville comme territoire d’exploration et matière à narration, voilà le biais par lequel UBIK Group fait entrer le public dans sa nouvelle création, "Quatre infirmières suédoises en déplacement".

 

La voiturette de golf qui sert de véhicule à ce collectif d’explorateurs s’invite sur le plateau. Les membres de la délégation présentent leurs spécialités respectives, sans oublier Diana, leur interprète universelle en pictogrammes.

 

Le réel, interprétation et retranscription

 

Comme en fait foi sa première pièce "Pourquoi Eve vient-elle chez Adam ce soir ?", la forme est le fort du collectif UBIK, en germe dès 2009 à l’Esact de Liège, et s’étant constitué à la croisée des chemins entre Belgique, Suède et France, avec des détours par la Suisse et la Pologne. Jamais dénuée de fond, elle l’intègre et l’interroge dans un processus aux méandres nombreux.

Avec des sensibilités plurielles, tant artistiques que théoriques, les membres du groupe (Anja Tillberg, Emilia Tillberg, Sylvain Dai, Cyril Aribaud, rejoints pour ce projet par l’actrice Vanja Maria Godée, la photographe Beata Szparagowska, l’auteure et dramaturge Marie Henry) se livrent pour "Quatre infirmières…" à un exercice d’équilibristes : interpréter et retranscrire le réel dans une forme scénique polysémique, qui englobe l’identité de chacun à l’endroit où il se trouve, dans cette ville - Liège en l’occurrence, captée par ses détails, son atmosphère - familière ou non, dans des langues différentes aussi et avec le rapport singulier que leur donne la traduction. Et en optant pour la figure de l’infirmière, universellement identifiée, porteuse de fantasme et de réalité.

 

La mémoire et le décalage, de même que l’ici et maintenant, irriguent la recherche et le jeu du collectif, lui-même "microcosme d’une communauté placée entre et sur plusieurs frontières, en déplacement transfrontalier". La simplicité - ludique - et l’audace - visuelle et rythmique - marquent son identité déjà forte et toujours en construction.

 

On les suit.

 

La Libre.be par BAUDET MARIE, (Publié le mercredi 02 décembre 2015)

http://www.lalibre.be/culture/scenes/auscultation-urbaine-par-quatre-infirmieres-suedoises-565f204935709322e719deec

 

Retour à

"4 Infirmiéres..."

Photos

Le théâtre de Liège propose "Quatre infirmières suédoises en déplacement", une représentation sous forme d’odyssée urbaine de Marie Henry.

 

Le moins qu’on puisse dire c’est que le titre de la dernière création du collectif UBIK est accrocheur. Et en arrivant sur scène avec une petite voiture de golf, il est clair que les acteurs exploitent quelque peu les fantasmes et stéréotypes de ce titre évocateur. Les acteurs? Deux hommes, quatre femmes, en tenue blanche, qui descendent de la voiture et installent le décor. Écrans de PC, projecteurs, table, carte géographique. Le public est pris au jeu et invité à prendre part à la création. Quelle en est la thématique? Diagnostiquer le mal-être de la ville, Liège en l’occurrence.

 

À tour de rôle, avec de succulents accents suédois, à moitié en français, à moitié en anglais, ils exposent la méthode d’investigation. Leur propos est étayé d’une abondante documentation: projections de photos, pictogrammes, témoignages sonores.

 

Le Liégeois et sa Ville subissent un lourd diagnostic. Le constat: la ville est malade. Mais rien n’est perdu, on va lui prodiguer des soins… Au-delà du comique de situation, les "quatre infirmières suédoises en déplacement" posent un regard critique non pas seulement sur Liège, qui n’est qu’un prétexte, mais bien sûr l’urbanisation contemporaine et sur l’identité culturelle. La création, telle qu’elle a été pensée, a cet avantage d’être résolument universelle et le discours défendu, très sérieux.

Au sortir de la représentation, le "valeureux Liégeois" est pour le moins ébranlé: si sa ville a quelque peu perdu son charme, il sort du spectacle avec l’intime conviction que le monde dans lequel il vit a peut-être besoin d’être regardé autrement, avec un regard neuf. Avec leur premier spectacle, "Pourquoi Ève vient-elle chez Adam ce soir?" le collectif Ubik nous avait fait sourire. Ils reviennent avec un texte à la fois drôle et sérieux, soutenu par un très bon jeu d’acteurs.

 

L'Echo, Publié le 04 décembre 2015

http://www.lecho.be/culture/scenes/Liege_la_valeureuse_cite_malade.9706663-3436.art?ckc=1&ts=1449223425

 

« Quatre infirmières suédoises en déplacement » de Marie Henry et l’UBIK Group (VU au Théâtre de Liège) : c’est d’abord original et plutôt drôle. 

 

Quatre infirmières, plus vraies que vraies, découvrent, auscultent, diagnostiquent, quantifient, qualifient la ville de Liège (comme elles découvriront les autres villes qui les hébergeront) à l’aide de graphiques, documents, textes projetés, animés, etc.

Le propos est délicieusement décalé et révélateur. Mais soudain, voilà qu’on se retrouve quelque part dans une maison, en Suède, au cœur de l’hiver.

C’est le temps du silence et d’un ennui intersidéral – grâce à quelques phrases projetées sur un écran, un rapport est établi entre cet ennui et une société de l’extrême tolérance et de la peur de porter atteinte à l’autre, de neutralisation stérilisante donc.

Mais, quand nous avons vu ce spectacle, il n’était pas au point dans son rythme et ses enchaînements, trop appliqué, trop systématique. D’autre part, faut-il que le spectateur s’ennuie pour partager l’ennui des personnages ? 

 

"Les théâtres de Stéphane Gilbart", publié le 02 décembre 2015

https://www.facebook.com/stephane.gilbart/